Virginie Despentes: Das Leben des Vernon Subutex 3 (Vernon Subutex, #3) (2017 / 2018)

Das Leben des Vernon Subutex 3 (Vernon Subutex, #3)

Personen und Orte

Im dritten und letzten Teil ihrer Vernon-Subutex-Trilogie führt Virginie Despentes ihre Figuren und die Leser in das Frankreich der Attentate vom 13. November 2015 – und damit ins Herz eines gesellschaftlichen Traumas.

Zunächst sieht eigentlich alles geradezu idyllisch aus. Die Gruppe um Vernon hat Paris verlassen und lebt an wechselnden Orten auf dem Land. Dort werden sogenannte »Convergences« abgehalten, total angesagte Raves, zu denen man aber nur mit persönlicher Empfehlung zugelassen wird. Klar, dass jeder dorthin will und »tout Paris« versucht, eine Einladung zu ergattern. Doch auch dies ist nicht das Paradies, es gibt Misstrauen und Eifersüchteleien, die Gruppe zerfällt.

Dann kommt der 13. November 2015 – die Attentate von Paris – und die Stimmung ändert sich vollkommen.

Als der dritte und letzte Teil der Subutex-Trilogie 2017 in Frankreich erschien, lang ersehnt und mit Spannung erwartet, stürmte er sofort alle Bestsellerlisten. Die Presse überschlug sich, die Kritiker waren begeistert, denn es gab keinen anderen Roman, der den Stimmungswandel innerhalb der französischen Gesellschaft nach den Pariser Attentaten so eindrücklich und überzeugend beschrieb. Mit enormem Einfühlungsvermögen und einer persönlichen Betroffenheit, die aus jeder Zeile spricht, erweist sich Virginie Despentes einmal mehr als brillante, scharf analysierende Chronistin unserer Zeit und als begnadete Erzählerin. Sie gilt zu Recht als eine der wichtigsten literarischen Stimmen Frankreichs.

  • Hardcover
  • Published 2018 by Kiepenheuer & Witsch (first published May 24th 2017)
  • Original Title Vernon Subutex 3
  • ISBN13 9783462318821
  • Edition Language German

 

Rezensionen

Please rate this

1 Kommentar

  1. Gaëlle-Anne
    Jun 12, 2017
    Gaëlle-Anne rated it it was amazing · review of another edition
    J’ai totalement oublié les deux premiers tomes. Juste une vague sensation de Subutex en train de mourir de fièvre sur un banc dans le 19ème et puis la mention du tatouage de Dopalet qui fait surgir un brouillard d’images sur une agression vengeresse a la „baise moi“. Ok. Donc je reprends tout ça un peu a zéro je ne sais plus bien qui est qui.
    Du coup démarrage un peu compliqué le temps de rentrer dans l’histoire de vaguement retisser dans ma tête les liens du Groupe. Je me dis bon c’est le dernier tome c’est pas le meilleur c’est normal ça touche à sa fin. Et puis je me laisse prendre dans cette histoire chorale sans narrateur. Encore une fois on rentre complètement dans l’environnement sensoriel physique mental (on dit Umvelt en psycho) de la personne qui raconte son chapitre son moment. Et c’est jamais manichéen a chaque fois surprenant a chaque fois on y croit on se dit comment elle sait ? Comment elle sait les pensées secrètes les trucs qu’on peut pas avouer ? Comment elle sait les paradoxes incroyables impensables ? Comment elle sait la profondeur du désespoir et de la solitude ? Comment elle sait la peur des autres qu’on a au ventre ? Comment elle sait décrire ces incohérences ces mouvements prévisibles et imprévisibles ? Bref moi je suis scotchée parce que j’adore ces plongées dans la tête des personnages, dans leur cœur et surtout au fond de leur bide tout noir et luisant d’entrailles. Y’a aussi comment elle parle de Paris. Des attentats. De nuit debout. Comment elle parle des mecs et des meufs. Son interrogation sur le temps que ça nous prend de créer une armée d’Amazones, pour se faire justice un peu au hasard. Sur comment on essaie de vivre ensemble en y arrivant pas bien. Et comment l’art emballe le tout. Elle nous parle de musique de sons qui remuent les tripes de fermer les yeux et de danser. Ha ça pour le coup j’en ai bien envie aussi de fermer les yeux d’éteindre la lumière et de mettre un gros son un peu sale un peu planant et puis d’oublier pour un moment que j’ai peur et que je suis seule. Et c’est là que ce livre est réaliste je trouve. Dans cette envie là partagée. Pour le reste il n’y a qu’à se laisser porter par l’histoire. Moi je suis un peu sonnée comme après chacun de ses bouquins. Bonne lecture

Schreibe einen Kommentar

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.